Les photos qui font mal au moral.

Les photos qui font mal au moral.

Le mois dernier, j’ai répondu à l’appel de Letizia G. Photo qui recherchait des modèles pour un shooting urbex. Je sais que ca peut sembler paradoxal d’être complexée ET de vouloir se faire photographier mais moi, ça me fait généralement beaucoup de bien. Et ayant vu le beau travail de Letizia, j’avais envie de participer à une de ses aventures photo. 

Et puis, dimanche dernier, quand j’ai reçu les photos de ce shooting Urbex, j’ai été vraiment frappée par ce que j’ai vu. Comme attendu, le lieu, les compositions, le travail de la photographe sont géniaux. Mais je suis restée totalement sans voix face à moi, mon corps, ce que je dégage. En me voyant, j’ai eu une sorte de dégout, de nausée mentale.   

Je ressemble à ça? 

Je sais que je suis grosse. Mais ce que je vois dans le miroir, dans les selfies est tellement différent de ce que je vois dans des photos de moi en pied! Est-ce que mon regard s’est déformé pour rendre la réalité plus acceptable? Est-ce que l’appareil photo de mon smartphone a des filtres intégrés pour rendre mes selfies plus sympas? Je ne sais pas. Mais le fait est que les photos m’ont fait un choc.

Elles me mettent aussi face à mes propres contradictions… C’est bien sympa de valoriser le « bodypositivity », l’acceptation de soi et toutes ces conneries alors que je ne suis finalement pas capable d’assumer l’image que renvoie mon propre corps. 

Accepter que c’est dur

Je sais que je ne suis pas la seule à vivre ce genre de moments difficiles face à son image. Qu’on soit grosse ou pas d’ailleurs: la détestation de soi ne connaît pas de limite de poids…

Et c’est à chacun, chacune de vous que je voudrais écrire ces mots: on a le droit de pleurer en voyant ces photos qui nous renvoient à ce à quoi on ressemble. On a le droit de vouloir être rassurée (oui, tu ressembles à ça et je t’aime) sans accepter les remontrances (Allez, arrête un peu, ça va quand même!) ou les jugements (T’as qu’à y faire quelque chose si t’es pas contente!).

On a le droit d’être triste et de trouver ça difficile à vivre.

Demain, je vous reparlerai de vêtements grandes tailles, de robes vintage, de s’accepter comme nous sommes. Mais là tout de suite, j’ai décidé de laisser ma tristesse prendre toute la place dont elle a besoin.  

Embrouillaminis s’habille: une robe sinon rien!

Embrouillaminis s’habille: une robe sinon rien!

Je suis dingue de robes. Depuis toujours je crois. Mais paradoxalement, c’est le vêtement que j’ai le moins porté dans ma vie d’adulte tout en bavant dessus dans les boutiques et les sites de shopping en ligne. Et ce pour une raison principale: la peur d’être remarqué (et ridicule). Parce qu’en tant que grosse, j’ai toujours intégré que je prenais déjà bien trop de place comme ça et que je ne pouvais donc pas mettre un vêtement qui me rendrait encore plus visible.

Mais depuis peu, j’ai décidé d’assumer. Et de porter ces belles robes que j’aime tant. Et vous savez quoi? Ca ne choque absolument personne, même plus moi 🙂

Alors j’ai eu envie de partager avec vous une sélection de dix robes que je rêverais de voir rejoindre mon dressing. Elles sont toutes à un prix raisonnable, commandables sur des sites de confiance et surtout, SURTOUT, disponibles en grandes tailles.

Bon shopping!

1. Du vintage, pour rejoindre ma belle robe cerises.

A shopper en ligne comme celles-ci chez Dotty & Dolly ou en magasin à l’Atelier Clandestin

2. Du rouge et des fleurs

Robe rouge à fleurs Castaluna

3. Le jeans, classique et intemporel

4. Une robe très longue, très fleurie

Robe longue fleurie – Forever 21

5. Une robe de princesse

Robe longue à sequins

6. Fan de petits pois

7. De la couleur

Robe bleu pétrole – ASOS

8. Avec de la dentelle (plein!)

9. Avec les épaules dénudées (et des petits pois encore ;-))

10. Une robe chemise, confortable et passe-partout

Robe chemise à carreaux – KIABI

Comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux normes?

Comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux normes?

Dans le cadre de mon défi d’été « 15 jours, 15 blogposts« , je prends le temps aujourd’hui de répondre à la question de Sofia, qui me demande comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux standards de beauté. 

Sofia
J’ai laissé le « sublime créature » juste pour flatter mon égo 😀

Poursuivre la lecture de « Comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux normes? »

Merci aux hommes qui aiment les grosses!

Merci aux hommes qui aiment les grosses!

« Merci aux hommes qui aiment les rondes et qui n’ont pas honte de s’afficher à leurs côtés. »

Quand j’ai vu passer ce panneau sur le mur Facebook d’une copine, j’ai hurlé intérieurement. Nous en avons discuté et je sais que cette phrase a du sens pour elle et pour certaines autres femmes rondes et magnifiques: c’est une manière de mettre en avant les hommes qui les aiment telles qu’elles sont, sans être des raclures de bidet dérangés par le gras de leurs amoureuses. (Oui, oui, des raclures de bidet, j’assume totalement.) Poursuivre la lecture de « Merci aux hommes qui aiment les grosses! »

Le code vestimentaire des grosses en été

Le code vestimentaire des grosses en été

Aujourd’hui, je porte ma merveilleuse robe à fleurs au bureau. C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi, ça veut dire beaucoup! (La musique en tête pour la journée, c’est cadeau). Ca veut dire que j’ai osé aller travailler avec une robe rétro blanche à fleurs au lieu d’une tenue plus discrète et plus passe partout. (Si tu veux la voir, c’est par ici)

Si vous m’aviez raconté ça il y a cinq ans, j’aurais ri tellement fort que j’en aurais surement regretté de ne pas avoir fait plus de kiné post-natale. Moi? En robe? Haha. Au bureau? Mwahahahahaha. Une robe voyante à manches courtes?

Hillarant.gif

Impossible, ça n’arrivera jamais. Parce que le code vestimentaire à destination des grosses ne le permet pas.

Tu ne connais pas? Je te raconte.  Poursuivre la lecture de « Le code vestimentaire des grosses en été »

Sortir de sa zone de confort pour défiler en lingerie sexy

Sortir de sa zone de confort pour défiler en lingerie sexy

Cette histoire a démarré sur un coup de tête, une plaisanterie sur la page Facebook d’Embrouillaminis: Et si, malgré ma tonne (!) de complexes, je me lançais dans l’aventure d’un casting de lingerie grande taille avec Softlove?

softlove_annonce_fb

Le défi était grand pourtant de taille (c’est le cas de le dire…) parce que je fais partie de ces femmes qui ont la tête remplie de messages et d’injonctions négatives au sujet d’elles-mêmes et de leur corps. Alors, poussée par les encouragements, j’ai envoyé ma candidature.

De toute façons je ne vais jamais être prise. Je risque quoi, hein?

Poursuivre la lecture de « Sortir de sa zone de confort pour défiler en lingerie sexy »

L’Atelier Clandestin: le paradis pour les amoureuses de robes vintages

L’Atelier Clandestin: le paradis pour les amoureuses de robes vintages

Je ne vous l’ai jamais vraiment avoué mais je suis dingue de robes. Je les achèterais toutes: robes longues, fleuries, robes chemisiers, fluides, à bretelles, à longues manches, avec de la dentelle ou des sequins. Sauf que jusqu’ici, j’avais peur de les porter. Mes complexes, l’envie d’être transparente et la peur de choquer m’ont toujours fait préférer le jeans-chemise à la robe fleurie.

Et puis, j’ai porté ma fameuse robe rouge à petits pois blancs (Lire ici: La robe rouge à petits pois blancs) et j’ai compris que je n’étais pas du tout déguisée ou ridicule. Au contraire! Alors, emportée dans mon élan, je me suis rendue dans une boutique où je rêvais d’aller sans oser me lancer: L’Atelier Clandestin.

Poursuivre la lecture de « L’Atelier Clandestin: le paradis pour les amoureuses de robes vintages »