Et si c’était possible?

Et si c’était possible?

Fin de l’année dernière, Saint-Nicolas (alias l’Amoureuse géniale) m’a offert le dernier roman de Baptiste Beaulieu, Toutes les Histoires d’Amour du Monde. Elle sait combien j’aime ce médecin-auteur-humaniste, tant pour ses romans que pour ses interventions publiques (si vous ne l’avez pas encore fait, allez jeter un œil sur sa page Facebook, Alors Voilà).

Lire aussi: La Ballade de l’Enfant gris, de Baptiste Beaulieu

Ce dernier roman, vous vous en doutez, parle d’amour. D’Amours, même, avec une majuscule et un pluriel parce qu’il est impossible de définir au singulier toutes les forces et les formes de ce mot. C’est aussi une histoire de famille. Une famille avec des secrets, des attentes, des déceptions, des silences, des liens qui se distendent jusqu’à la limite de la déchirure.

Alors moi, ça me bouleverse, évidemment. Parce que depuis cinq ans, le lien avec ma propre maman est tellement, tellement, tellement distendu que je ne sais même plus s’il n’est pas irrémédiablement déchiré. Et que chaque tentative de rapprochement s’est soldée par un échec.

Lire aussi: La lettre au fond du tiroir

Mais l’autre soir, pratiquement à la fin de ma lecture, j’ai eu une idée folle…

Et si je lui envoyais ce bouquin? Peut-être que je pourrais utiliser les mots de Baptiste Beaulieu pour lui faire comprendre ce qui me semble si évident, si important. C’est possible, non?

Et si c’était possible qu’en le lisant, elle sache? Que les parents font tous de leur mieux, avec leurs forces et leurs lacunes et que c’est moins grave si on s’aime. Que les enfants ne deviennent jamais une copie conforme de ce qu’on avait en tête, qu’ils sont ce qu’ils sont, sans que ce soit bien ou mal. Elle comprendrait que ce qui n’a pas été réparé finit toujours par nous poursuivre, d’une manière ou d’une autre.

Et puis elle saurait que l’Amour prend différentes formes. Que c’est pas grave. Qu’on peut aimer et se tromper. Qu’on peut aimer à nouveau et ressentir un truc plus fort que le qu’en-dira-t-on, plus fort que la « normalité ». Elle saurait que l’Amour est l’Amour, point-à-ligne-bordel. Même si l’autre est plus vieux, du côté de l’ennemi, d’une autre couleur de peau, d’une autre religion. Ou même si l’autre est du même sexe.

Peut-être qu’elle terminerait en se disant qu’il n’est pas trop tard. Que ça vaudrait la peine d’y repenser, que le lien n’est peut-être pas totalement déchiré. Qu’il reste de l’Amour malgré les mots, les maux, les silences, les déceptions, l’abandon.

Quand j’aurai terminé ce roman, je déciderai si je l’envoie ou pas. Pour l’instant, l’idée me semble folle, diablement risquée. Mais elle continue de me trotter dans la tête avec une question lancinante: « Et si c’était possible? »

La Ballade de l’enfant gris (version texte)

La Ballade de l’enfant gris (version texte)

Parmi les livres adorés cet été, il y en a un qui m’a particulièrement bouleversée, c’est la Ballade de l’enfant gris, écrit par Baptiste Beaulieu.

C’est le premier roman de lui que je lis alors même que je le suis depuis un petit temps sur les réseaux sociaux, via sa page « Alors Voilà », ses publications personnelles ou ses chroniques sur France Inter. Poursuivre la lecture de « La Ballade de l’enfant gris (version texte) »

Embrouillamini lit: La ballade de l’enfant gris

Embrouillamini lit: La ballade de l’enfant gris

A la fin de l’été, je vous avais demandé quel était le format que vous préfériez pour le partage de mes coups de coeur littéraires. Vous aviez majoritairement demandé la version texte et c’est pour ça que j’ai partagé mes impressions sur Derrière la haine, de Barbara Abel, en format texte. Poursuivre la lecture de « Embrouillamini lit: La ballade de l’enfant gris »