Bye bye 2018: l’heure du bilan

Bye bye 2018: l’heure du bilan

Alors que cette année se termine, j’avais envie de faire le point sur tout ce qui s’est déroulé sur les douze derniers mois. C’est un exercice que je trouve vraiment intéressant, tant pour fixer les moments importants de l’année écoulée que pour jeter les premières graines des projets pour l’année à venir. Première étape aujourd’hui avec le bilan de l’année 2018.

Il y aurait mille façons de revenir sur cette année comme par exemple en parcourant les milliers de photos sur mon téléphone ou en reprenant notre calendrier d’activités. Mais je vais plutôt repartir de mon bilan de l’année 2017, dans lequel j’avais émis quelques souhaits pour 2018:

  1. Réussir à trouver mes marques dans mon nouvel emploi.
  2. Améliorer le regard sur moi-même.
  3. Faire quelques voyages, seule, à deux et en famille

Et bien, franchement, le bilan est plutôt positif!

Au boulot, ça se passe vraiment bien. Je ris tous les jours, je crée des liens avec les collègues, mes connaissances et mon avis sont appréciés et sollicités, je suis soutenue et aidée quand j’en ai besoin et, last but not least, je suis entourée par des femmes incroyables. Ca ne veut pas dire que c’est parfait (rien ne l’est) mais ça fait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi bien.

Sur le plan du physique, je suis en progrès, même si je n’ai pas perdu un seul gramme et que je suis encore très critique avec moi même. Mais on a vraiment amélioré notre alimentation et cuisiné de bons petits plats à deux. Et puis, j’ai continué à gagner un peu de terrain sur les complexes: j’ai osé acheter (et porter!) des robes magnifiques, j’ai porté des vêtements légers et confortables tout l’été et, last but not least, j’ai défilé en lingerie devant des tas de gens!

Quant aux voyages, l’année fut plus légère qu’imaginé mais nous en avons bien profité. Pas de voyage à Londres en famille (le budget nous en a dissuadées) mais nous avons parcouru la capitale britannique en amoureuses. Pas de nouvelle ville européenne mais un retour à Lisbonne, dans mon pays chéri, entre amis. Et puis, nos deux belles semaines en famille à Lacanau, petit paradis au bord de l’eau, ont bien rechargé nos batteries.

Mais il n’y avait pas que ça!

L’année 2018 ne s’est heureusement pas limitée à ces trois petits objectifs. Il y a eu plein d’autres choses…

Comme ce blog, qui continue à grandir avec vous, ici et sur les réseaux sociaux. Pendant longtemps, j’ai accordé trop d’attention aux chiffres – les stats du blog, les likes de la page Facebook, les abonnés Instagram,… – ce qui avait tendance à me rendre triste. Je me disais que si je n’étais pas lue/aimée/partagée, c’est que mon contenu était mauvais. Avec le temps et plusieurs discussions avec des ami.e.s, je commence à penser moins à ça et à profiter de ce qu’il m’apporte. Ce blog existe pour mon plaisir et le vôtre et c’est amplement suffisant!

2018, c’est aussi l’année de l’Almanach des Petits Bonheurs. C’est devenu un rendez-vous quotidien auquel je pense systématiquement et, à quelques exceptions près, je l’ai alimenté toute l’année. Cerise sur le gâteau, certaines d’entre vous ont été inspirées et j’ai vu apparaître de plus en plus souvent #Almanachdespetitsbonheurs à droite à gauche, ce qui me remplit de joie. (Bien plus que n’importe quels chiffres de fréquentation, croyez-moi!)

Cette année m’a aussi permis de lancer plusieurs petits projets créatifs (tricot, couture, bricolage,…) et de continuer l’aménagement de notre maison avec mon Amour.

Il y a eu des flops aussi

Rassurez-vous, tout ne fut pas rose cette année. A nouveau, j’ai perdu trop de temps à crier sur mes enfants, pleurer sur tout ce que je ne peux pas changer et angoisser pour des choses hors de mon contrôle. J’ai parfois râlé pour rien, j’ai été envieuse, jalouse et même un peu médisante (si, si, je vous jure). J’ai utilisé trop de plastique, passé trop de temps sur mon smartphone et acheté une série de choses parfaitement inutiles.

Mais bon, que voulez-vous, je n’avais pas prévu d’être parfaite tout de suite! Et puis comme ça, j’ai encore une belle marge de progression pour 2019. Il faudra bien encore au moins une année pour concrétiser tout ça et le reste de mes projets pour l’année nouvelle. Je reviens vous raconter tout ça très vite mais en attendant, je vous embrasse, fort fort fort, et je vous souhaite une fin d’année pétillante et pleine d’amour.


Un anniversaire en pyjama

Un anniversaire en pyjama

Pour son 9ème anniversaire, ma maximini nous avait demandé de pouvoir organiser une soirée pyjama à la maison avec des ami(e)s. Si une telle activité vous tente (ou plutôt, tente vos marmots), voici quelques pistes pour que cet anniversaire se passe au mieux.

Le nombre d’invité.s

Il est important de tenir compte des éléments suivants:

  • la taille de votre habitation: l’objectif de vos marmots est de passer leur soirée/nuit ensemble. Donc, tout dépend du nombre que vous pourrez faire dormir dans la pièce qui leur sera dédiée
  • le choix de votre enfant: souhaite-il inviter juste son meilleur ami ou plusieurs copains?
  • votre budget: entre les repas, les activités, les petits cadeaux, les snacks et le reste, les coûts d’une telle soirée peuvent vite grimper
  • Votre patience et résistance au bruit: entre 2 et 25, l’impact ne sera pas le même…

Chez nous, on avait autorisé la maxi à inviter deux ou trois ami.e.s (elle a opté pour ses deux meilleurs amis). Avec elle et sa sœur, cela signifiait 4/5 enfants à la maison ce qui est amplement suffisant selon mes critères (et notre maison).

Quelle durée?

Gardez en tête que les enfants voudront passer du temps ensemble, donc prévoyez au moins une demi-journée de jeux en plus de la nuit. Vous pouvez par exemple choisir une arrivée en après-midi ou un départ tardif.

Nous avions opté pour une invitation du samedi 18h au dimanche 15h. C’était le timing parfait pour qu’ils aient le temps de s’amuser ensemble tout en me permettant de préparer (avant), ranger (après) et passer un peu de temps en famille.

Les activités

Tout dépend de votre créativité et de votre énergie. Mon conseil? Ne surchargez pas le temps avec trop d’activités structurées. N’oubliez pas que les enfants auront envie de jouer/discuter ensemble librement, sans être encadrés comme il le sont la plupart du temps.

Voici cependant quelques idées, basées sur ce que nous avons fait ou ce que je peux imaginer pour ce genre de soirée:

  • Préparation d’une pâte à pizza pour le repas. C’est sympa, ludique, drôle et délicieux. Recette et tutoriel de pétrissage ici: https://embrouillaminis.blog/2018/05/02/preparer-sa-pate-a-pizza-un-jeu-denfants/
  • Réalisation de porte-clés ou marque-pages en plastique magique. Pensez dans ce cas à avoir des images que les enfants pourront décalquer s’ils n’ont pas envie de réaliser leur propre dessin.
  • Activité pinata. Vous pouvez soit l’acheter, soit la construire vous-même (je n’ai pas encore de tuto sur le blog mais le net en regorge).
  • Un jeu de société, que ce soit un classique ou un nouveau jeu à faire découvrir. Nous avions pour notre part opté pour Catane Junior.
  • Un film et du pop-corn. Classique mais toujours efficace. A choisir avec les enfants en fonction de leur tranche d’âge.
  • Des jeux d’eau ou d’adresse à l’extérieur, si le temps le permet.
  • Réalisation de biscuits sablés. Vous pouvez préparer la pâte à l’avance mais pensez à emprunter rouleaux à pâtisserie et emporte-pièces pour que les enfants puissent les préparer en même temps.
  • Et plein d’autres choses: jeux vidéos, chasse au trésor, bricolages, peinture (ça fait aussi un souvenir à ramener), activité manuelle selon les goûts de l’enfant qui invite, …

Et qu’est-ce qu’on mange ?

Prévoyez du facile, que vous pouvez préparer à l’avance et que tout le monde aime: pizza, lasagne, croque-monsieur, pâtes bolo/carbo,… Si vous ne connaissez pas bien les enfants que vous invitez, n’hésitez pas à demander aux parents s’il y a des choses qu’ils ne peuvent/veulent pas manger.

Et la nuit? Bavardage ou couvre-feu?

Alors là, je dirais que c’est à évaluer en fonction de l’âge de l’enfant et de vos limites. Mais il me semble important que cette soirée pyjama respecte le sommeil des autres membres de la famille et qu’elle n’ait pas de répercutions sur le niveau de fatigue des jours qui suivent.

Personnellement, j’ai opté pour une extinction des feux à 22h30, ce qui était largement suffisant pour leur permettre de bavarder dans leurs lits sans détruire ma nuit.

Quelques petites astuces pour terminer…

  • Si vous avez envie de nouer ou d’approfondir les liens avec les parents, proposez leur de rester pour l’apéro (en déposant les enfants) ou pour le gâteau (en venant les chercher). Nous avions opté pour la première option et sommes restés jusqu’à 21h à papoter tous ensemble.
  • Tentez de ne pas mettre de limite de genre dans le choix des ami.e.s que votre enfant peut inviter. Votre petite fille souhaite inviter son meilleur ami? Votre garçon souhaite inviter son « amoureuse »? Et finalement, pourquoi pas? Un ami est un ami, quel que soit son genre. Avant un certain âge, la sexualité (le « mal ») existe uniquement dans l’esprit des adultes.
  • Restez zen. C’est une activité exceptionnelle avec des gamins qui ont d’autres règles que les vôtres. Si ça ne se passe pas aussi bien que vous l’aviez imaginé, pas de panique. Attendez juste que ça se termine et ditez-vous que, au pire, vous ne devrez pas revivre ça avant l’année prochaine!
  • Et surtout, PROFITEZ! Vos enfants en garderont un souvenir impérissable et vous pouvez faire connaissance avec leurs amis les plus proches. Ca vaut bien un week-end de travail et de désordre, non?

Mini, c’est fini !

Mini, c’est fini !

Pardon si je vous ai mis du Hervé Vilard en tête mais l’heure est grave! Je dois me rendre à l’évidence: je n’ai plus qu’une seule mini, la blonde.

Où est passé l’autre? Et bien, je pense que ma brune est passée du côté obscur, du côté de la pré-adolescence, au grand dam de ma santé mentale. 

Certes, cette demoiselle a toujours eu un sacré caractère. Je revois son regard sombre quand on l’a déposée contre moi en salle d’accouchement; c’est le même que celui qu’elle m’adresse maintenant quand je la « contrarie » (entendez: quand je lui dis non avec une bonne raison).

Ma grande brune est comme ça: entière, ultra-sensible, ultra-exigeante, consciente de ce qu’elle veut et capable de se faire entendre. Mais jusqu’ici, tout ça était englobé dans une couche d’enfance qui a entretenu l’illusion que j’avais le temps avant l’arrivée de l’adolescence.

FATALE ERREUR


Ho, les premiers signes étaient discrets: Shakira et Angèle qui remplacent Elsa et Vaiana, une attention toute particulière pour les vêtements et les bijoux, une curiosité plus grande envers le monde qui l’entoure, l’envie de passer plus de temps avec ses amis-pour-la-vie.

Formidable, me disais-je, ma petite chérie grandit.

Mwahahahaha. J’étais si naïve ! Car c’était sans compter le reste…

Les yeux qui roulent.

Les soupirs excédés.

Cet air agacé pour tout et pour rien.

Et puis le fameux « T’es nulle, tu comprends rien ! » (Ou plutôt T’ES NULLE, TU COMPRENDS RIEN !) suivi par un repli stratégique dans sa chambre et par une lettre de menaces en bonne et due forme.

Vous sentez l’agacement de la pré ado ?

Heu, ça dure longtemps ?

J’ai beau savoir que c’est normal, que ça fait partie de sa construction, qu’elle grandit… ça me rend folle quand même !

Je voudrais tant rester patiente et lâcher prise (parce que ce n’est que le début et ça ne risque pas de s’améliorer tout de suite) mais PUTAIN, j’ai parfois envie de l’accrocher au porte-manteaux et de la bâillonner !

Mais malgré tout ça, je suis rassurée de constater qu’elle n’oublie pas l’essentiel: peu importent les disputes et les yeux noirs, les cris et les tempêtes. L’important c’est de s’aimer, de savoir s’excuser et pardonner.

Le reste, bein, on a une poignée d’années pour s’y faire. 😁

Hello Fresh au secours de mes soirées

Hello Fresh au secours de mes soirées

A chaque fin de chaque période de congés, c’est la même constatation: j’ai trop peu de temps en semaine pour faire tout ce que je dois faire: récupérer les enfants, gérer les devoirs, les laisser jouer, les laver, faire à manger, préparer la journée du lendemain,…

(Lire aussi: 7h31. Encore un matin.)

Alors, pour passer à travers les semaines sans devenir dingo, je tente de me faciliter un maximum la vie les soirs de semaine où les minis sont avec moi. Et pour les repas, c’est Hello Fresh qui vient à ma rescousse. Depuis plus de deux ans, de façon régulière, ce service me fournit les ingrédients et les recettes pour trois repas par semaine. Et je n’ai pas l’intention de m’en passer de sitôt.  Poursuivre la lecture de « Hello Fresh au secours de mes soirées »

Le retour des bonnes habitudes

Le retour des bonnes habitudes

Ca fait un mois déjà que les minis sont rentrées à l’école. Dans un précédent blogpost, je vous racontais mes difficultés à reprendre le bon rythme pour que nos débuts et fins de journées de semaine ne se transforment pas en bagarre permanente. Et comme je sais que je ne suis pas la seule à vivre ces difficultés, j’ai eu envie de partager nos routines avec vous. Poursuivre la lecture de « Le retour des bonnes habitudes »

7h31. Encore un matin.

7h31. Encore un matin.

Dans mon planning idéal, à 7h31, nous sommes déjà au bout de la rue, en route vers l’école. Mais pas aujourd’hui.

Aujourd’hui, à 7h31, je suis encore à la maison, face à ce chat narquois qui me rappelle que je ne suis pas arrivée à respecter le planning idéal. Comme d’habitude à vrai dire. Poursuivre la lecture de « 7h31. Encore un matin. »

Les attractions du Futuroscope

Les attractions du Futuroscope

Dans le blogpost précédent, je vous détaillais notre journée d’aventures au Futuroscope. Lire aussi: Flash-back estival: direction le Futuroscope

Pour être complète, voici la liste les attractions que nous avons pu réaliser ce jour-là. Poursuivre la lecture de « Les attractions du Futuroscope »