Douceurs d’hiver

Douceurs d’hiver

Hier, j’ai annoncé aux enfants que je ne voulais pas de sapin cette année. Elles se sont regardées l’une l’autre, en mode « C’est de l’humour ou elle débloque pour de bon? » et puis, après un long silence et une grande inspiration, l’ainée s’est adressée à moi avec le ton de celle qui perd patience mais qui va quand même prendre le temps de m’expliquer les choses gentimment.

Mais pourquoi tu ne veux pas mettre de sapin? C’est Noël. Il nous faut un sapin. C’est festif, un sapin! 

Je n’ai pas argumenté. Elle a raison dans le fond… Noël, c’est festif. Et un sapin décoré, c’est festif aussi. Donc, il nous faut un sapin.

Comment aurais-je pu leur expliquer ce qui me chagrine? J’aurais du pour cela expliquer à mes deux enfants que à l’intérieur de la maman qui prépare des calendriers de l’avent, entretien la magie de Saint-Nicolas, fait des biscuits à la cannelle et chante des chansons de Noël depuis le 2 novembre, il y a une petite fille qui ne se remet pas de la perte de ses traditions de Noël. Et parfois, les chagrins de petite fille prennent le dessus sur la bonne volonté de maman. 

Noël a toujours été pour moi le meilleur moment de l’année.

Je pourrais vous raconter le plaisir de se retrouver en famille, chaque groupe arrivant au compte gouttes avec des sacs remplis de cadeaux. L’ingéniosité déployée pour empiler tous les paquets au pied du sapin sans trop déborder sur le sol ou sur les meubles. Je pourrais vous décrire les yeux brillants des petits, qui bavaient d’envie devant cette avalanche de cadeaux et le regard pseudo-dédaigneux des ados qui étaient tout aussi curieux de savoir ce qu’il y avait pour eux. J’irais même jusqu’à vous parler des femmes qui se retrouvaient dans la cuisine pour préparer le repas ensemble, pendant que les hommes bavardaient et ouvraient le vin.

Et puis, la meilleure partie de la soirée… 

… le REPAS! (Oui, je sais, je suis incorrigible #LaBouffeCestLaVie). Parce que chez nous, à Noël, on mangeait comme des rois. Et on ramenait toutes les saveurs portugaises à notre table, pour emplir autant nos cœurs que nos estomacs. Des rissois, petits chaussons farcis à la viande ou aux crevettes. Des pataniscas, des galettes de morue. Des gambas à décortiquer avec les doigts. Des pasteis de bacalhau, sorte d’acras de morue. Et le bacalhau de conçoada, de la morue encore, en plat aussi, parce que c’était le plat traditionnel de nos parents et qu’ils n’imaginaient pas un Noël sans en manger.

Et puis, les desserts. LES DESSERTS!

Ma mère faisait des rabanadas, du pain perdu bien épais, moelleux, gorgé de lait et recouvert de cannelle. Ma tante apportait sa traditionnelle aletria, des vermicelles cuites dans du lait sucré et saupoudrées ensuite avec de la cannelle. Un bolo rei, sorte de brioche garnie et recouverte de fruits confits. Parfois, un pao de lo ou un pudim, venaient agrémenter le buffet des desserts, à côté d’une belle salade de fruits. 

Le passé est passé 

Tous ces souvenirs, toute cette douceur (et ces douceurs) de Noël font partie d’un passé révolu dont je n’ai pas encore complètement fait le deuil. Mais heureusement, ma famille à moi, celle qui m’entoure au quotidien, est là pour me rappeler qu’il est important de construire nos propres traditions de Noël.

Avec un sapin décoré. Et pour atténuer un peu les saudades, j’ai découvert une épicerie portugaise qui pourrait apporter la petite douceur nostalgique dont je semble avoir tant besoin. 

    

Merci Saint-Nicolas

Merci Saint-Nicolas

Les souvenirs d’enfants sont parfois flous. Notre mémoire nous joue des tours, mélangeant les dates et les lieux, les moments réellement vécus et les histoires racontées par d’autres. Mais certains sont tellement vifs qu’on sait qu’ils sont réels.  Comme ma première Saint-Nicolas. 

En décembre 1989, du haut de mes 8 ans et demi, j’ai découvert que l’hiver des enfants de Belgique était illuminé d’un évènement de la plus haute importance: la Saint-Nicolas.

C’est cette année-là que j’ai entendu pour la première fois l’histoire terrifiante de ces trois enfants, découpés et cachés dans le saloir jusqu’à l’arrivée providentielle du Grand Saint. C’est durant cet hiver là également que j’ai reçu mes premières friandises de Saint-Nicolas – mandarine, speculoos, du massepain et une figurine en chocolat – juste après avoir assisté à un spectacle des marionettes de Toone.   

Des souvenirs très marquants mais pas autant que celui du 6 décembre lui-même. 

En arrivant en Belgique, maman et moi logions dans une petite chambre, dans un bâtiment communautaire. Son travail lui imposait de partir tôt et rentrer tard et je me rendais et revenais seule de l’école.

Ce 6 décembre 1989, j’ai découvert en rentrant qu’une boite était cachée sous les couvertures de mon lit. Cette boîte renfermait un cadeau que je n’aurais jamais imaginé recevoir: la voiture décapotable rouge de Barbie. Le rêve ultime pour la petite fille que j’étais, fan absolue des poupées du même nom. 

Et là, j’ai su immédiatement, au plus profond de mon cœur, que ça ne pouvait qu’être que Lui. Qui d’autre que le Grand-Saint pouvait savoir que je m’endormais chaque soir dans cette chambre misérable en rêvant de ce jouet? Qui d’autre que lui aurait pu pénétrer dans le bâtiment, dans l’appartement, dans la petite pièce dont seules maman et moi avions la clé? Qui d’autre que Saint-Nicolas pouvait se permettre de m’offrir ce cadeau luxueux? 

Je le savais en décembre 1989 et j’en suis toujours convaincue aujourd’hui: Saint-Nicolas existe.

Ne vous inquiétez pas pour ma santé mentale! Je sais que ce sont des demandeurs d’emploi ou des intermittents du spectacle payés à la journée qui font le sitting dans les centres commerciaux. Et je sais que c’est ma maman qui s’est débrouillée pour glisser ce cadeau sous mon lit. Mais je continue à l’affirmer: Saint-Nicolas existe bel et bien. Dans l’attente solennelle chez les petits enfants impatients. Dans la surprise et l’émerveillement en découvrant les petits biscuits éparpillés au sol. Dans la  gratitude exprimée par ceux qui hurlent MERCI SAINT-NICOLAS en regardant leurs cadeaux.  

C’est probablement cet évènement fondateur qui me rend tellement impatiente de voir arriver le 6 décembre, encore aujourd’hui. Pour le plaisir de gâter mes propres enfants mais aussi pour pouvoir entretenir et propager la magie de Saint-Nicolas. Cette même magie qui a comblé de joie une petite immigrée en plein cœur de l’hiver gris de Belgique.

Et vous, c’est quoi votre plus grand souvenir de Saint-Nicolas? 

Boites de lait deviendront boîtes à vrac

Boites de lait deviendront boîtes à vrac

L’année dernière, j’avais entrepris de collecter PLEIN de boîtes de lait auprès de mes amis et des collègues de mon amoureuse. J’en avais customisé certaines et rangé les autres avec mon matériel de bricolage en attendant d’avoir à nouveau l’inspiration.

Lire aussi: Mon nouveau joujou créatif: la customisation de boîtes de lait pour bébé et J’ai continué à customiser mes boîtes de lait…

Et puis l’inspiration est arrivée ce week-end. Après avoir proposé aux minis de découvrir l’achat de produits en vrac (ma blonde est très tracassée par les dégâts du plastique sur les animaux), il m’est venu une idée: et si j’utilisais quelques boîtes de lait pour stocker tout ça?

Aussitôt dit, aussitôt fait!

Ingrédients

Pour ce faire, j’ai utilisé:

  • 7 boîtes de lait pour bébé identiques, lavées et essuyées.
  • 7 échantillons de peinture Levis (en vente dans les magasins de bricolage)
  • De la craie
  • Du carton pour protéger ma table

Et c’est tout.

J’aurais très bien pu utiliser une des techniques décrites dans mes précédents billets (décopatch, collage de serviettes, papier collant « tableau »,…) mais j’avais vraiment envie de tester de la couleur sur les boites cette fois-ci.

Le recours à l’échantillon de peinture, c’est un peu par hasard. Lors de notre déménagement, nous avions reçu un de ces échantillons, sans trop savoir quoi en faire. Comme à mon habitude, je l’ai conservé dans ma malle à trésors et c’est totalement par hasard que j’en suis venue à l’utiliser avec ma mini brune lors de la réalisation du coffre aux trésors qui trône toujours dans sa chambre.

La couleur était intense, l’application facile, sans tâches ni coulées, le séchage rapide… cette récup s’est révélée être une très bonne idée. Lire aussi: D’une boîte en carton à un coffre au trésor

Alors, j’ai eu envie de recommencer pour colorer mes boîtes. Et le résultat est à la hauteur de mes attentes: les couleurs sont belles et vibrantes et l’application se fait facilement et sans coulées grâce au rouleau intégré. Côté budget, avec un prix de 1,99€ par couleur, je ne pense pas que j’aurais pu faire mieux en achetant de la gouache en magasin de loisirs décoratifs.

Mode d’emploi

  • Laver et bien sécher les boîtes. Enlever le papier externe si possible. Les rebords intérieurs (prévus initialement pour enlever le surplus de poudre de lait) empêchent l’eau de s’écouler donc il vous faudra sécher entièrement les boîtes avec un essuie.

20181015_175931.jpg

  • Appliquer la peinture sur vos boîtes

20181015_180021.jpg

  • Laisser sécher entre chaque couche et avant de les utiliser.

20181015_180109.jpg

  • Remplissez-les de ce que vous avez sous la main (sucre, sel, farine,…); Pas d’inquiétudes: si ça a contenu du lait maternisé, ça peut contenir des pâtes ou du sucre. Fermez les avec les couvercles adaptés.
  • Ecrivez à la craie (oui, oui, directement sur la peinture sèche) ce que contient chaque boite.

20181015_180251.jpg

  • Exposez-les et profitez des « Wooooow, ça donne bien! »

Alors, vous en pensez quoi ?

L’Almanach Des Petits Bonheurs est né un vendredi

L’Almanach Des Petits Bonheurs est né un vendredi

Si vous suivez Embrouillaminis sur les réseaux sociaux, vous n’avez pas pu louper le rendez-vous (presque) quotidien de l’Almanach des Petits Bonheurs. Chaque jour, je tente de poster une photo accompagnée du #AlmanachDesPetitsBonheurs pour mettre en avant ce qui m’a rendu heureuse durant la journée. Poursuivre la lecture de « L’Almanach Des Petits Bonheurs est né un vendredi »

La Ballade de l’enfant gris (version texte)

La Ballade de l’enfant gris (version texte)

Parmi les livres adorés cet été, il y en a un qui m’a particulièrement bouleversée, c’est la Ballade de l’enfant gris, écrit par Baptiste Beaulieu.

C’est le premier roman de lui que je lis alors même que je le suis depuis un petit temps sur les réseaux sociaux, via sa page « Alors Voilà », ses publications personnelles ou ses chroniques sur France Inter. Poursuivre la lecture de « La Ballade de l’enfant gris (version texte) »