Les minis à la découverte du West Station Skatepark

Les minis à la découverte du West Station Skatepark

Cet été, en préparant le blogpost sur les stages dans le grand Charleroi, j’ai découvert que le West Station Skatepark de Charleroi organisait aussi des demi-journées encadrées pour permettre aux enfants/jeunes de découvrir ou de se perfectionner aux sports de glisse. Mes minis sont sportives, elles font de la trottinette depuis qu’elles savent marcher et sont captivées depuis longtemps par l’univers des skateurs et des rampes… nous avons donc profité de la semaine de vacances d’automne pour les inscrire et tester le concept.

Pas pour les (mamans)-poules mouillées 

Mardi matin, nous voilà sur le parking du West Station. En rentrant, nous restons toutes les trois bouche-bée.

Elles, en mode « WAAAAAAAW, C’EST TROP COOOOOOOL ».

Pour moi, par contre, ce fut un peu le choc.

Ne me jugez pas! J’ai l’habitude des stages avec un encadrement très « scolaire »: 12 fiches d’inscriptions, un accueil en bonne et due forme, des étiquettes avec le nom des enfants, un endroit pour les manteaux et les sacs, des dessins colorés aux murs (Bon ok, ici aussi, il y a des dessins aux murs :-D).

Ici, c’est un skatepark. Avec un entrepôt rempli de modules d’un côté et une cafeteria de l’autre. Excusez mon petit cœur de maman-poule d’avoir envisagé de sauver mes enfants de cet endroit hostile (hum) pour les emmener avec moi au bureau. Mais comme elles étaient ravies d’être là, j’ai fini par les laisser, en vérifiant 15 fois leurs casques et en retenant ma respiration jusqu’à les avoir récupérées. (On ne juge pas on a dit!)

WestStation skatepark modules

Un stage complètement waw

Après cette journée, et les suivantes, j’ai du me rendre à l’évidence: j’ai eu tort. Tort de me tracasser et aussi de me fier aux apparences. Mes gamines se sont éclatées durant ces trois demi-journées de stage. Elles ont fait des progrès, gagné en confiance, appris à sauter et prendre de la vitesse avec leurs trottinettes sans se mettre en danger. Elles ont aussi pu apprendre les bases du skateboard, ce qui était un rêve pour l’une comme pour l’autre.

 

L’encadrement a également joué dans la réussi de ce stage. L’équipe, composée notamment de Maxime Timellini, le coordinateur du skatepark, a su trouver la bonne manière pour intégrer deux petites filles novices et leur permettre de prendre du plaisir.

 

Une nouvelle passion

Vendredi, en quittant le stage, elles ont tout de suite déclaré qu’il leur faudrait revenir en décembre, pour se perfectionner. Et aussi, bien évidemment, qu’il leur fallait un skateboard chacune pour s’entrainer le reste du temps. On va attendre un peu avant d’investir mais on les réinscrira sans aucune hésitation à un nouveau stage West Station Skatepark.

embrouillaminis signature 4

Horaires et tarifs sur la page Facebook du West Station Skatepark

 

 

 

 

Stages d’été à Charleroi: il est temps mais pas trop tard!

Stages d’été à Charleroi: il est temps mais pas trop tard!

Dans un mois, l’année scolaire sera terminée et nos marmots se retrouveront avec deux longs mois de vacances. Si vous travaillez tout ou partie de l’été et que vous n’avez pas de solution toute prête (merci marraine-tonton-mamy et autres parents/amis sympas), cela signifie qu’il faut trouver un ou plusieurs stages pour les occuper. Voici quelques adresses sympas dans la région de Charleroi, testées par les minis ou dont nous avons entendu du bien.

Poursuivre la lecture de « Stages d’été à Charleroi: il est temps mais pas trop tard! »

Un stage pour apprendre à cuisiner ? Quelle bonne idée !

Un stage pour apprendre à cuisiner ? Quelle bonne idée !

Quand maman travaille durant les vacances scolaires, il n’y a pas 36 solutions : faut recourir à des stages sympas pour occuper les minis.

L’année dernière, j’avais réalisé un petit récapitulatif juste avant l’été de quelques stages sympathiques pour les marmots à Charleroi. Parmi eux, le stage boulangerie, auquel les minis participent à nouveau en cette deuxième semaine de vacances de printemps/Pâques.

Poursuivre la lecture de « Un stage pour apprendre à cuisiner ? Quelle bonne idée ! »

Tournée d’carnavals 2018 – Episode 1

Tournée d’carnavals 2018 – Episode 1

Il y deux choses que j’adore en hiver: les éclairages des fêtes de fin d’année et le carnaval! Ou plutôt: LES carnavals. Parce qu’il n’y a pas que Binche dans le folklore carnavalesque. Depuis le week-end qui précède le mardi gras jusqu’à la période de Pâques, il est possible de faire la fête en permanence, d’un coin à l’autre de la Wallonie.

Poursuivre la lecture de « Tournée d’carnavals 2018 – Episode 1 »

Quand les bibliothèques cassent les codes

Je vous le disais dans un précédent blogpost, la plupart des bibliothèques ne se contentent plus d’être de simples lieux où emprunter et lire des romans. Ciné-club, expos, ateliers, stages, formations,… les activités proposées sont nombreuses et variées. Mais certaines bibliothèques choisissent d’aller un cran plus loin en osant une programmation différente.

Interdit au moins de 18 ans

C’est le cas dans la province du Hainaut où plusieurs bibliothèques se sont lancées dans un projet un peu particulier: sortir la littérature érotique du placard et la faire découvrir aux lecteurs de 18 à 77 ans. Pendant un an, avec le support de la Bibliothèque Centrale du Hainaut, l’équipe derrière le projet a conçu, préparé et mis en place une exposition, appelée Erothèque, qui retrace l’histoire de ce genre littéraire et propose un vaste choix d’ouvrages à consulter.

Mangas, guides sur la sexualité ou les massages érotiques, romans pornographiques, livres mélangeant érotisme et humour, il y en a pour tous les goûts et toutes les préférences.

Seule restriction: l’âge; l’exposition étant réservée à un public averti et majeur. Ce qui est assez intéressant si vous n’aviez pas prévu tout de suite d’expliquer le Kama Sutra, la sodomie ou le triolisme à vos enfants.

Une exposition et des animations

L’autre particularité de ce projet, c’est qu’il propose plus qu’une « simple » exposition. Durant la durée de l’expo, plusieurs animations autour du thème de la sexualité sont organisées au sein des bibliothèques participantes.

A Chapelle-lez-Herlaimont par exemple, où nous nous sommes rendues pour le vernissage à la bibliothèque le T’Chapitre, soirée lecture, démo coquine, conférence, et d’autres activités sont proposées durant ce mois de février.

Cette exposition itinérante prendra place dans de nombreuses bibliothèques de la Fédération Wallonie-Bruxelles: Chapelle-lez-Herlaimont, Mouscron, Ath, Beloeil, Anderlues, La Louvière,… et sera empruntable gratuitement par les centres et lieux culturels qui seraient intéressés par la démarche.

Personnellement, je trouve l’idée excellente. D’une part parce qu’il n’y a pas de raisons que la littérature érotique soit taboue pour un public adulte. Bien sur, la déferlante « 50 nuances de Grey » a libéré un peu la parole sur la lecture d’ouvrages dits « coquins » mais ce roman ne représente qu’une infime partie de ce qui existe sur le marché.

D’autre part parce que la réunion entre la bibliothèque et la sexualité offre un contraste intéressant, qui pousse à la réflexion et ouvre le débat. Ce qui est finalement une des missions des bibliothèques publiques et de la littérature de façon générale.

Si vous avez envie de discuter d’érotisme et de littérature (ou des deux) n’hésitez pas à commenter ou à vous rendre sur la page Facebook d’Embrouillaminis.

Où acheter vos produits asiatiques ?

Où acheter vos produits asiatiques ?

Que mes gyozas vous aient donné envie ou que vous souhaitiez réaliser une recette asiatique, vous vous demandez peut-être où trouver l’ensemble des ingrédients nécessaires.

Petit guide des lieux que nous avons déjà testés.

Les grandes surfaces

Il n’y a plus un seul grand magasin d’alimentation qui ne possède son rayon « cuisine du monde ». On y trouve les éléments de base, comme de la sauce soja, de la pâte de curry, de la sauce piquante, du lait de coco ou quelques variétés de nouilles. En complétant avec des légumes frais, comme du chou et des jeunes oignons, il est tout à fait possible de réussir de nombreuses recettes classiques.

Magasins spécialisés

L’autre solution, pour les produits vraiment particuliers ou quand l’envie d’exotisme devient trop importante, c’est de vous rendre dans un magasin d’alimentation asiatique, ou vous trouverez nombre d’ingrédients frais, en conserve, ou congelés.

Pour les bruxellois, c’est facile : entre le Supermarché Kam Yuen, au centre ville, le Panier Asiatique à Uccle, l’épicerie asiatique Tinies ou le Tagawa à Ixelles et de nombreux autres, vous n’avez que l’embarras du choix.

Pour les autres, je peux vous recommander deux endroits, testés et approuvés :

Le premier est à Nivelles, à deux pas de la Grand-Place. L’AsiaSun Store est petit mais contient un bel assortiment, tant en condiments qu’en surgelé.

Et puis, dans le centre ville de Charleroi, il y a le Bai Chuan, situé boulevard Jacques Bertrand.

Légumes, surgelés, sauces, produits frais, mais aussi vaisselle et décoration, on y trouve absolument tout. L’équipe est gentille et fera de son mieux pour vous aider à trouver ce que vous cherchez.

Les trésors cachés des bibliothèques

Les trésors cachés des bibliothèques

Lorsque j’étais à l’école primaire, nous allions à la bibliothèque un vendredi après-midi par mois. C’était une vraie sortie, qui nous amenait à parcourir les rues de Bruxelles pour y arriver. Quitter le Boulevard du Midi sans se faire écraser, contourner le « bloc », où habitaient certains des copains, ne pas se disperser sur la place du Jeu de Balle et remonter ensuite vers la rue Haute, où se trouvait notre destination de l’après-midi. En arrivant, nous nous installions autour de grandes tables carrées où des livres avaient été déposés pour nous et nous lisions dans le silence jusqu’à ce qu’il soit temps de rebrousser chemin.

Poursuivre la lecture de « Les trésors cachés des bibliothèques »