Sleeping Beauties et Le Pouvoir: les spoilers

Si vous arrivez sur cette page par hasard, sachez que mon avis sur ces deux romans se trouve ICI.

Ce blogpost est quand à lui consacré à la fin des deux livres. Ne le lisez qu’à vos risques et périls 🙂

Sleeping Beauties, Stephen King

Dans Sleeping Beauties, les femmes du monde entier sont endormies et recouvertes de leurs cocons. Les habitantes de Dooling, qui dorment elles aussi, connaissent un sort différent. Parce que c’est là que se trouve l’épicentre du phénomène, elles se retrouvent dans un monde parallèle, un futur sans hommes où elles s’organisent pour recréer une nouvelle société. A la fin, elles ont le choix: rester dans ce monde basé sur l’égalité, sans violences masculines et sans oppression d’une société patriarcale (ce dont elles sont conscientes) ou revenir.

Et l’auteur choisit simplement de les faire revenir en arrière, comme si cette option allait de soi. Je ne dis pas qu’il aurait fallu qu’elles fassent d’office le choix inverse mais ça aurait été plus cohérent qu’elles l’envisagent comme une option sérieuse. Je trouve que cet aspect méritait un développement plus long et plus subtil. De plus, une fois qu’elles sont de retour, Stephen King expédie en quelques pages la manière dont hommes et femmes réapprennent à cohabiter: elles sont parties quelques semaines, on a bien compris la leçon, promis, promis, promis, on sera gentils dorénavant. Un peu court, même pour un roman.

Le Pouvoir, Naomi Alderman

Le livre débute par deux pages représentant un échange de courrier entre deux personnes au sujet d’un manuscrit. Pendant la lecture du roman, ces deux pages ne font écho à rien et me sortent totalement de l’esprit. Sauf que, à la fin du roman, on retrouve la suite de cet échange. Et ces quelques pages, qui encadrent l’histoire, apportent une dimension supplémentaire. Comme lorsqu’on regarde une poupée russe en pensant voir la dernière avant de réaliser qu’il y en a une autre plus grande encore, qui englobe celle qu’on a entre les mains.

Grâce à ces quelques pages, ce n’est plus un roman de fiction écrit par Naomi Alderman sur un renversement de pouvoir entre les hommes et les femmes que nous avons entre les mains. A la place, Naomi Alderman nous propose un essai historique, écrit par un homme qui cherche à comprendre comment est née la société matriarcale dans laquelle il évolue. Le tout forme un ensemble génial, qu’on ne devine que en refermant la dernière page du livre.

Un commentaire sur « Sleeping Beauties et Le Pouvoir: les spoilers »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s