La Ballade de l’enfant gris (version texte)

Parmi les livres adorés cet été, il y en a un qui m’a particulièrement bouleversée, c’est la Ballade de l’enfant gris, écrit par Baptiste Beaulieu.

C’est le premier roman de lui que je lis alors même que je le suis depuis un petit temps sur les réseaux sociaux, via sa page « Alors Voilà », ses publications personnelles ou ses chroniques sur France Inter.

Ce que j’aime chez lui c’est sa capacité à raconter les histoires – les siennes ou celles des autres – avec sincérité et bienveillance. Il a une façon de voir le monde qui fait que même en racontant le dur et le triste, il réussit à nous faire deviner le bon et le positif. Une sorte d’artisan du bonheur en quelque sorte. (Ca se sent que je suis fan?)

Alors, quand mon amie SoFille (sorte d’artisane du bonheur) a proposé de me prêter, j’ai sauté dessus à pieds joints et je ne l’ai pas regretté une seconde!

A découvrir: la version audio de mon opinion sur ce bouquin: Embrouillamini lit: La ballade de l’enfant gris

Une histoire de voyage

Dans cette histoire, on suit Jo’, interne en médecine dans un service pédiatrique d’un hôpital. Il y rencontre No’, un petit garçon de 7 ans atteint d’une maladie incurable. Entre les soins et les farces faites à la chef des infirmiers, No’ attend sa maman, qui ne vient pas très souvent lui rendre visite, sans que personne ne sache pourquoi.

Au fur et à mesure des jours, le relation entre Jo’ et No’ évolue; le médecin ne se contente plus de soigner l’enfant, il cherche aussi à comprendre pourquoi cette mère est si peu présente au chevet de son fils malade. Ces recherches finiront par l’emmener bien au delà des murs de l’hôpital, avec No’ à ses côtés, dans un voyage intense et éprouvant, pour chacun d’entre eux.

Une histoire de déchirure

Coté forme, le roman est construit autour d’un évènement central que Baptiste Beaulieu appelle la « Déchirure ». Chaque chapitre nous entraîne dans un va et vient entre ce qui se passe avant et après, avec un décompte des jours qui nous séparent de l’évènement.

A chaque chapitre, c’est un peu comme si on recevait une pièce de puzzle, à conserver près de soi en attendant de recevoir la suivante, et la suivante, en espérant qu’une fois que nous les aurons toutes, nous pourrons enfin voir l’image globale. Une fois lancés dans la lecture, on veut comprendre ce qui s’est passé entre cet enfant et sa mère, ce qui s’est passé entre elle et ce médecin et comment les vies de l’un et de l’autre se sont retrouvées emmêlées d’une telle façon.

Une histoire d’Amour

J’ai vraiment été touchée par ce livre. Bouleversée même. Quand les pièces du puzzle se sont remises dans l’ordre, quand j’ai compris pourquoi et comment tout est arrivé, j’ai été emportée par la surprise et l’émotion. Au point de me retrouver à lire les dernières pages en sanglots. De gros sanglots d’un chagrin qui vient de loin, probablement en écho à des aspects personnels de ma vie.

Pour terminer, je dirai que La Ballade de l’enfant gris est une fabuleuse histoire d’Amour, dans son sens le plus fort. C’est aussi un roman qui rappelle l’importance d’être vivant, d’être heureux, de profiter de la vie et de ceux qu’on aime. Et rien que pour ça, même si tout le monde ne le trouvera pas aussi bouleversant que moi, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans sa lecture et de vous laisser emporter par ce très beau voyage auquel Baptiste Beaulieu vous convie.


Vous l’avez lu? Vous en avez pensé quoi? 

2 commentaires sur “La Ballade de l’enfant gris (version texte)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s