Janelle Monae: laissez entrer Queen J!

Ce samedi soir, nous avions rendez-vous à l’Ancienne Belgique avec Janelle Monae. Si vous pensez ne pas la connaître, détrompez-vous: son titre « Make me feel » a tourné en boucle sur toutes les bonnes radios pendant des semaines au début de l’année. Et je suis ressortie de la salle de concert totalement conquise, par l’artiste et par la femme.

Sur scène, ce petit bout de femme (1,52 m!) dégage une énergie incroyable. Elle était partout, irradiant de force et de confiance, occupant entièrement l’espace avec sa voix, son corps et son attitude de conquérante. Avec son groupe, quatre danseuses et une super scénographie, on a pu profiter d’un mélange parfait entre la proximité d’une petite salle et un show à l’américaine. Ajoutez à cela une voix impressionnante, un groove digne des plus grands artistes de R’n’B et des titres entraînants et vous comprendrez pourquoi le public était conquis, des fans de la première heure aux amateurs curieux.

Une artiste engagée

Mais il y a une dimension supplémentaire qui me plait chez cette artiste: son choix d’exprimer très clairement ce qui lui semble important. En tant que femme, noire, queer, ouvertement bisexuelle/pansexuelle (attirance pour d’autres personnes quelle que soit leur expression de genre, leur sexe biologique ou leur orientation sexuelle), Janelle Monae cumule ce que d’aucuns appelleraient des « handicaps ». Ce qui lui donne d’autant plus de légitimité à parler de liberté, de sexualité, de racisme ou de féminisme dans ses textes.

Et en observant l’équipe présente sur scène avec elle, je n’ai pas pu m’empêcher de constater là aussi des choix et un engagement très clairs. Sur les 9 personnes autour d’elle, 7 sont des femmes et tous sont noirs. Choisir de s’entourer de ceux et celles qui ont deux fois plus de difficultés à percer malgré autant de talent, c’est une forme de militantisme qui me plait énormément chez une artiste.

Et enfin, dans sa carrière d’actrice (bein oui, parce qu’elle a de multiplies talents), Janelle Monae a choisi des rôles et des films engagés, comme dans Les figures de l’ombre, Moonlight ou Did you wonder who fired the gun.

Queen Janelle

En l’écoutant et en la découvrant, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec Beyoncé. Parce qu’elles sont femmes, noires, américaines. Parce qu’elles ont des voix de dingue et qu’elles évoluent dans le monde du R’n’B. Parce qu’elles se sont toutes deux fières d’être noires et d’être femmes. Et parce que Janelle Monae mériterait amplement d’être surnommée « Queen J ».

Mais il n’y a aucun sens à les comparer, chaque artiste étant unique.

Samedi soir, j’ai eu la chance de découvrir la singularité de Janelle Monae à l’AB et j’ai adoré chaque moment. Et je vous invite à faire pareil en allant découvrir son univers et sa musique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s