Embrouillaminis lit: Derrière la haine

Ca faisait longtemps que je n’avais plus partagé un coup de cœur lecture avec vous! Le dernier en date c’était Ariane, de Myriam Leroy, dont vous pouvez retrouver le blogpost ici: Ariane: la lecture à remonter le temps.

Mais cet été, durant nos merveilleuses vacances, j’ai dévoré trois bouquins conseillés et prêtés par mon amie SoFille (dont vous pouvez retrouver le blog ici: www.sofille.be) :

Je vous propose donc de vous raconter tout ça en commençant aujourd’hui par Derrière la Haine, de Barbara Abel.

IMG_20180828_182648_002.jpg

Synopsys

D’un côté il y a Tiphaine et Sylvain, de l’autre il y a Laetitia et David. Deux couples, voisins et amis, fusionnels et solidaires, partageant le bonheur d’avoir chacun un petit garçon du même âge. Maxime et Milo grandissent ensemble, comme des jumeaux. Jusqu’au drame. Désormais, seule une haie sépare la culpabilité de la vengeance, la paranoïa de la haine.

J’avais déjà repéré ce bouquin il y a quelques mois mais la lecture de la quatrième de couverture m’avait vite décidée à le remettre en rayon. En cause: le « drame ». C’est que depuis  « Le livre des Baltimore » de Joël Dicker lu en début d’année, je suis un peu allergique aux romans construits autour d’un « Drame » qu’on nous vend sur 600 pages avant de nous laisser retomber comme un vieux soufflé.

Lire aussi: Peut-on dévorer un livre et avoir une indigestion?

Mais bon, comme SoFille me l’a prêté et recommandé chaleureusement, je me suis dit que je n’avais rien à perdre à commencer la lecture.

Une première partie rose bonbon

J’ai été rassurée tout de suite: il n’y a pas d’attente inutile autour de ce drame. Un habile flash-forward attaque le roman et nous permet de saisir brièvement ce qui a pu leur arriver. Ensuite, sans pression aucune pour faire monter le suspense chez le lecteur, Barbara Abel nous emmène à la découverte des personnages dans une première partie de roman plutôt rose bonbon. Les deux couples se rencontrent, s’apprécient énormément, on les voit devenir inséparables lors des grossesses parallèles, les liens deviennent intimes et la vie est belle.

J’avoue, j’ai eu du mal avec cette partie, que j’ai parfois trouvée très « bisounours ». Mais, et c’est là que se trouve le talent de l’auteure, il ne faut pas se fier aux apparences de cette première partie rose bonbon: c’est un leurre, le calme avant la tempête.

Une deuxième partie bien noire

Le drame finit par arriver et tout bascule. Chez les personnages, l’amitié se fendille, le doute et la paranoïa s’installent. Pour le lecteur, la couleur et le rythme du roman changement également: le rose disparaît pour faire place à un beau noir bien dense. J’ai  tourné les pages avec avidité, incapable de démêler le faux du vrai, sans réussir à décider quel personnage était digne de confiance. Assez vite, c’est le lecteur qui devient parano…

Et puis arrive la fin. Une putain de fin.

Barbara Abel ne choisit pas une conclusion en pente douce, sorte de chemin tranquille vers la sortie. Non, du tout. Dans ce roman, la fin est comme une falaise au bout dun virage. Quand vous arrivez au bord, c’est trop tard: vous n’avez rien vu venir et n’avez donc pas d’autre solution que de tomber, inévitablement, avec eux.


 

 

9 commentaires sur “Embrouillaminis lit: Derrière la haine

  1. Merci pour ce partage. Je me suis décidée à le lire il y a quelques jours. Quelle claque! Et pourtant je m’ attendais à cette fin… (par erreur, j’ai lu le synopsis du second livre avant…). J’ai eu le coeur déchiré, l’envie de hurler, de pleurer. On m’a baladée dans les recoins des émotions les plus obscures… Ouf, ce n’était qu’un livre. Retour salutaire à la réalité. Ce livre restera toutefois gravé en moi. Note pour plus tard : à la rentrée, ne pas lire un livre qui augmente encore ma tension!!

    J'aime

      1. Je l’ai terminé hier… et j’ai besoin maintenant d’une lecture plus… comment dire… sereine.
        Je pense qu’une petite pause légère s’impose si je ne veux pas finir le mois de septembre en burn-out parental 😀
        J’ai emprunté « Vernon Subutex » de Despentes. J’avais entendu beaucoup de bien sur cette (?) trilogie… je ne pense toutefois pas que c’est très positif non plus… donc si tu as une idée de lecture divertissante pour ce mois anxiogène, je suis partante !!
        Je suis avec grand intérêt ton blog (via Facebook), les sujets sont toujours très pertinents ! Merci !!
        Bonne journée

        J'aime

      2. Merci à toi de me lire 🙂

        Si tu veux de la lecture sereine, je ne conseillerais pas Vernon Subutex 😀 C’est plutôt torturé et complexe. (Mais c’est du Virginie Despentes ❤ )

        J'ai fini La Fille du train, qui est très très bien (le billet est en préparation) mais c'est un thriller aussi donc peut-être pas super positif 😉

        J'aime

  2. En effet, peut-être pas la meilleure des lectures pour passer un bon moment détente 😉
    La Fille du Train, j’ai abandonné la lecture après le premier tiers. Je trouvais ça trop déprimant (mais j’ai aussi failli abandonner Derrière la Haine que je ne regrette pourtant pas d’avoir lu). Qui sait, au mois d’octobre 😉
    Bonne soirée,
    PS : Et pour demain matin, à 7h31, j’aurai certainement une petite pensée pour celles et ceux qui n’arrivent pas à être plus efficaces. Ça m’aidera à relativiser !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s