Comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux normes?

Dans le cadre de mon défi d’été « 15 jours, 15 blogposts« , je prends le temps aujourd’hui de répondre à la question de Sofia, qui me demande comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux standards de beauté. 

Sofia
J’ai laissé le « sublime créature » juste pour flatter mon égo 😀

 

J’ai grandi avec une idée incrustée dans mon corps et mon esprit: être grosse, c’est la pire chose qui puisse arriver à une fille. Cela voulait dire que je ne serais jamais belle, jamais attirante, jamais aimée, jamais regardée, jamais désirée. J’étais convaincue que mon physique était une telle disgrâce que je devais prouver ma valeur autrement, que je devais compenser pour être digne d’attention.

Et puis, ces dernières années, mon regard sur mon corps et sur Le Corps en général a commencé à changer. La naissance de mes filles, mon intérêt pour les questions féministes et la découverte du mouvement body-positivity m’ont amenée à faire un constat amer:

J’ai laissé mes complexes gâcher une partie de ma vie.

Et si je ne peux pas changer 35 ans de conditionnement en un jour, je peux en tout cas essayer de me libérer petit à petit de ces entraves.

Avec le recul, voici une liste des petites actions mises en place qui m’ont clairement aider à me sentir mieux et que je conseillerais à toutes celles (et tous ceux*) qui vivent mal avec leur corps. Et même si mon texte est clairement orientée vers les femmes « grandes tailles » parce que c’est mon vécu, je sais qu’aucune de nous n’est épargnée, grosse ou mince.

(J’ai opté pour le féminin dans mon texte mais je sais que de nombreux hommes connaissent ces difficultés également.)

Ne plus parler négativement de soi (essayer sans cesse en tout cas)

Ecoutez les mots que vous utilisez pour parler de vous: ce qui sort d’un  cerveau conditionné à l’auto-critique est souvent d’une grande cruauté. La prochaine fois qu’une telle phrase vous passe par la tête, ne la prononcez pas à haute voix. Soyez consciente de vos paroles et commencez par stopper le flux. Les ruminations négatives ne vont pas s’arrêter du jour au lendemain mais nous pouvons au moins ne pas les laisser franchir nos lèvres.

self-love-9
Soyez gentil avec vous-même. C’est dur d’être heureux quand quelqu’un est méchant avec vous tout le temps.

Ne pas refuser ou dénigrer un compliment.

J’aurais pu écrire « accepter les compliments » mais je sais que pour certaines, ce sera trop difficile pour commencer.  Mais on peut juste de ne pas contrer les mots gentils des autres avec une phrase assassine. Un « merci » ou un simple sourire sont de bonnes étapes pour commencer

mercibeauocup
Crédit: http://www.chloeandisabel.com

Acheter les vêtements qui vous plaisent MAINTENANT.

Avez-vous déjà acheté consciemment, au moins une fois, un vêtement que vous trouviez laid et/ou inconfortable? Ou, au contraire, avez-vous refusé d’acquérir une pièce belle et élégante qui vous faisait envie, juste en attendant de maigrir/vous muscler/mincir/grossir? Si c’est oui, arrêtez. Tout-de-suite. Vous avez le droit de porter des vêtements que vous trouvez beaux et seyants AUJOURD’HUI.

Et si votre corps change comme dans vos souhaits dites-vous que, d’ici là, vous aurez des vêtements qui vous rendent heureuse et vous en rachèterez d’autres quand ceux-ci deviendront trop grands!

Elargir son regard

A l’extérieur, regardez les femmes autour de vous. Sur les réseaux sociaux, suivez des blogueuses qui vous ressemblent et celles qui militent pour l’acceptation de soi. Optez pour des marques de vêtements qui font appel à des mannequins grandes tailles pour leurs publicités. Voyagez, découvrez d’autres cultures, et voyez comme le rapport au corps est différent d’un lieu à l’autre.

Le but de tout ça est d’élargir son regard. De remplir ses yeux et sa tête d’autres images que celles que les médias et les publicités nous imposent. Et en venir à se rendre compte que nous sommes toutes différentes et qu’il existe une place pour chacune de nous.

Faire des photos

Quand on a du mal avec son physique, les photos sont une torture. La solution facile – mais moins sympa – c’est de les éviter. Mais vous pouvez aussi opter pour la solution inverse et en faire PLEIN!

Prenez 126 selfies jusqu’à trouver celui qui vous plaira assez pour le mettre en photo de profil. Demandez aux amis de reprendre d’autres photos de groupe jusqu’à ce que vous soyez en phase avec ce que vous voyez. Suppliez vos enfants de refaire des sourires crispés tant que vous n’êtes pas convaincue de votre photo de famille.

Et puis, quand vous serez prête, offrez-vous une séance photo chez une pro. Le maquillage, la lumière, le regard bienveillant d’un.e photographe (et son choix de ne montrer que les plus jolis tirages) vous boosteront inévitablement le moral, je vous le promets.

Carole-coulon
Crédit Carole Coulon
Virginie Delaby2
Crédit: Virginie Delaby

Regarder des messages positifs jusqu’à l’écœurement

J’ai un tableau Pinterest entièrement dédié à ça. Quand je flanche, hop, je remets le nez dedans. A nouveau, ce n’est pas miraculeux. Mais considérez ça comme un bombardement à destination de votre cerveau. A force, il finira par comprendre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sortir de sa zone de confort

Et là, vous seule savez ce que vous pouvez essayer. Porter un bikini. Aller dans des thermes naturistes. Mettre des jupes. Porter des robes vintage. Montrer votre décolleté. Acheter de la lingerie sexy et la montrer à votre moitié. Porter des talons. Oser les robes au bureau. Défiler en lingerie devant des inconnus.

Je vous préviens déjà: votre cerveau va détester ça! A chaque tentative, il vous enverra un signal de danger (WARNING – CE QUE TU FAIS EST DANGEREUX!!!!) mais ignorez-le. Vous ne pourrez que constater que rien de dramatique n’arrivera. Et à force d’essayer et d’avoir des retours positifs, le signal de danger sera de moins en moins fort.

Essayer, échouer, recommencer

Ces trucs et astuces n’ont rien de miraculeux ou d’immédiat. Et en plus, cela demande un véritable effort au quotidien de lutter contre ses peurs, ses démons, ses habitudes. Croyez-moi, je le sais.

Mais faites-moi confiance, essayez, encore et encore et encore. Et après les mauvais jours, recommencez encore et encore et encore. Tout vaut mieux que de se réveiller un jour en se disant qu’on aurait du envoyer bouler ses complexes et profiter de la vie bien plus tôt!
self-love-8

3 commentaires sur “Comment apprendre à aimer son corps quand il ne correspond pas aux normes?

  1. Merci pour ce joli article extrêmement bienveillant et qui me parle énormément. J’ai cette impression d’avoir gâché 26 ans de ma vie. 26 ans, c’est beaucoup trop, j’aimerais ne plus en gâcher une seule désormais mais effectivement c’est une bataille, une grande bataille difficile qu’il faut mener avec soi-même mais une bataille qui en vaut le coup. On mérite tous d’être heureux alors je te souhaite de parvenir à trouver le bonheur et à le garder car tu me sembles être une très belle personne. Encore merci pour tes encouragements !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s