Elever ses enfants dans la joie… tout un programme !

Quand j’ai vu que Emergences organisait une conférence intitulée « Elever les enfants dans la joie ? », je me suis directement inscrite, avec un esprit à la fois curieux et critique.

C’est que je fais partie de cette team de parents craignos, aimants et pleins de bonne volonté mais qui pestent, râlent, menacent, pleurent et crient avec leurs enfants. Et habituellement, les injonctions moralisatrices du type « Elevez vos enfants dans la joie et la bienveillance ou ils souffriront toute leur vie ! », ça m’irrite plus qu’autre chose.

{Lire aussi: Envie d’éduquer vous enfants dans la joie ? Et si on nous lâchait la grappe plutôt ? }

Mais je ne sais pas ce qui m’a décidée… Peut-être parce que c’est Emergences qui a organisé la conférence ou peut-être parce qu’il y avait un point d’interrogation dans le titre… mais le fait est que j’ai pris mon billet.

Isabelle Fillio-Qui ?

Dans les jours qui ont suivi, plusieurs personnes de mon entourage m’ont fait remarquer que je n’allais pas à n’importe quelle conférence ! C’était une conférence de et avec Isabelle Filliozat. ISABELLE FILLIOZAT, QUOI !!!

(T’es maman et tu connais pas Isabelle Filliozat ? Non mais Allo quoi !)

nabilaallo

Si vous savez qui c’est, ne me jetez pas de cailloux et lisez quand même la suite, ça peut devenir intéressant.

Pour les autres, disons que Isabelle Filliozat est auteure, conférencière, psychothérapeute mais surtout, papesse de la parentalité positive.

Avec tout ça, me voilà donc un mercredi soir à faire la file devant l’auditoire Janson de l’ULB pour pénétrer dans l’antre de la bienveillance parentale.

Premier constat : je n’étais pas seule

Cet auditoire, d’une capacité de 1.500 personnes était pratiquement plein. Ce qui, quand on y réfléchit un peu, est assez impressionnant !

Un soir de semaine, 1.500 adultes – dont on peut déduire qu’une part importante sont parents – se sont libérés de leurs contraintes familiales et professionnelles pour écouter une conférencière parler d’éducation joyeuse.

Deuxième constat : les hommes sont visiblement restés devant le foot…

Plus sérieusement – et avec moins de clichés – force est de constater que le public était en grande majorité féminin. Il y avait des hommes, venus seuls ou en couple (et plus que je ne l’aurais cru) mais ce type d’évènements est suivi principalement par des nanas.

Pourquoi ?

Parce que l’éducation est encore trop largement un domaine investi par les femmes ? Parce qu’il fallait bien que l’un des deux garde les marmots ? Parce que les hommes ressentent moins les injonctions à la parentalité du bonheur ? Parce qu’ils se prennent moins la tête sur l’éducation de leurs mômes ? Ou parce que les fans du Bayern et ceux du Real avaient déjà une bonne occupation pour leur soirée ?

Probablement un peu de tout ça à la fois.

… et toutes les familles n’étaient pas représentées

L’homogénéité du public n’était d’ailleurs pas due que au genre. A quelques exceptions près, je dirais que la salle était composée de plus d’un millier de femmes blanches entre 20 et 45 ans. Mon ressenti est aussi que nous étions pour la plupart, instruites ou possédant à tout le moins un niveau d’éducation tel que l’éducation dans la joie devient un sujet important, voire une priorité.

Je ne vais pas m’étendre ici sur les raisons pour lesquelles ce constat est interpellant – cela mériterait un billet à part entière – mais il est important de se souvenir que ce public ne représente qu’une infime partie de la « population parentale ». L’éducation positive/bienveillante ne peut prendre place que dans les familles où tous les besoins de base (matériels, psychologiques, sociaux, …) sont déjà acquis. Et c’est loin d’être le cas dans toutes les familles.

Mais trêve d’analyse sociologique, j’étais surtout là pour savoir comment éduquer mes enfants dans la joie. J’ai donc rejoint mes 1499 camarades et nous avons accueilli Isabelle Filliozat pour deux heures de conférence.

Et mon debrief est ici : https://embrouillaminis.blog/2018/04/26/elever-ses-enfants-dans-la-joie-conference-filliozat-bruxelles/

3 commentaires sur “Elever ses enfants dans la joie… tout un programme !

  1. En dehors du compte rendu sur le contenu qui est passionnant, j’ai adoré ton recul sur le public présent « A quelques exceptions près, je dirais que la salle était composée de plus d’un millier de femmes blanches entre 20 et 45 ans. », c’est rafraichissant (ca fait un peu penser à la blogosphère parentale d’ailleurs :))

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s