Tournée d’carnavals 2018 – Episode 2

Le mardi gras est passé mais la saison du carnaval est loin d’être terminée! En ce deuxième week-end de festivités carnavalesques, plusieurs villes et communes avaient sorti les costumes et les confettis. La semaine dernière, nous nous étions rendues à Malmedy pour un Cwarmé festif et inclusif. Ce week-end, c’est Morlanwelz et ses Gilles qui nous ont accueillies.

Je me souviens parfaitement de mon premier ramassage. J’étais alors jeune journaliste et il avait été décidé que c’est moi qui me rendrais à Binche, à 4 heures du matin, en plein hiver, pour assister à l’habillage et au ramassage d’un Gille. Quand on sait que j’ai toujours détesté avoir froid et me lever à l’aube, la perspective de combiner ces deux activités en une seule journée ne m’avait pas laissée très enthousiaste, j’avoue.

got4

Mais une fois sur place, j’ai découvert une ambiance unique. Ces dernières années, avec mon amoureuse, digne fille des festivités carnavalesques en Région du Centre, j’ai pu renouer avec le plaisir du ramassage. (Même si je râle toujours autant pour me lever). Et pour la première fois, j’ai mis mes pas dans ceux des Gilles de Morlanwelz pour leur traditionnel Feureu. Petit tour des moments forts que nous avons vécu ce dimanche.

La nuit, le froid, le bruit

Il n’est pas encore 5 heures quand les premiers Gilles de la société des Règuènères* démarrent leur ramassage. Accompagnés d’un tambour, d’une grosse caisse et d’un fifre, ils progressent dans les rues de la commune pour aller chercher les autres Gilles.

A chaque maison, c’est le même rituel: celui qui ouvre la porte embrasse chacun de ses camarades et les rejoint pour une aubade matinale devant le seuil de sa maison avant d’accueillir Gilles, amis et suiveurs pour un verre de l’amitié.

Au fur et à mesure, le groupe grossit. Familles, amis, voisins,… nombreux sont ceux qui se joignent au groupe. Dans les rues, les sociétés de Gilles se croisent, se saluent, chacune poursuivant son chemin vers la maison suivante, chez le Gille suivant qui attend son tour avec impatience.

L’ambiance est magique. Les tambours. Les fifres. Les embrassades entre Gilles de maison en maison. Leurs sabots sur les pavés. Les suiveurs, qui marchent au même rythme. Le tout faisant un boucan de dingue à travers la nuit pour dire à l’hiver qu’il est temps de partir et de laisser la place au printemps.

Le jour, la lumière, la fête

Quand le jour se lève, les Gilles vont déjeuner ensemble, par société ou par cagnotte. L’occasion de souffler un peu et de reprendre des forces avant de repartir pour la suite de la matinée.

C’est le moment pour eux de revêtir leur masque de cire, devenant ainsi tous identiques. Il n’y a plus de visages, juste un seul et unique Gille, multiplié à l’infini.

L’ambiance est toute autre pour cette deuxième partie. La nuit a fait place au jour, l’obscurité à la lumière. Les ramasseurs nocturnes sont rejoints par des centaines de personnes qui n’ont pas eu l’envie ou la possibilité de se lever avant l’aube. C’est le moment aussi où débarquent les enfants, souvent déguisés et armés de confettis et de serpentins. Les airs de carnaval résonnent, les cafés sont remplis, amis et connaissances se retrouvent autour d’un verre (ou deux ou trois…).

Après le passage à la commune pour la remise des médailles – pour les Gilles ayant plusieurs années de carnaval au compteur – place au clou de la matinée: le grand Rondeau. Les Gilles, armés de leurs paniers d’oranges – et pour certains de leur chapeau en plumes si le temps le permet – rejoignent les autres personnages du carnaval sur la place principale pour danser et distribuer des oranges aux spectateurs.

IMG_20180219_135622_789.jpg

Symbole du renouveau

Après le repas de midi, la fête se poursuit l’après-midi (et les jours suivants!) mais pas pour nous. Déjà, parce que nos corps de trentenaires gérant enfants et horaires alakon avaient grandement besoin de récupérer de la petite nuit. Mais aussi parce que, pour ma part du moins, c’est surtout cette partie de la journée que j’adore.

Démarrer dans le noir, battre le pavé au rythme des tambours, sentir le froid mordant, se réchauffer comme on peut. Puis, voir le soleil qui se lève, la lumière qui gagne la ville, entendre arriver le monde et les enfants. En une demi-journée, tout est symbole du passage de l’hiver au printemps. Signe que le plus beau est à venir.

* Les Gilles sont regroupés en sociétés, qui identifient l’appartenance d’un Gille et qui gèrent tous les aspects logistiques et organisationnels liés au Carnaval. A l’intérieur des Sociétés de grande taille, les Gilles créent souvent des cagnottes, des sous-groupes plus petits.

Un commentaire sur « Tournée d’carnavals 2018 – Episode 2 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s