La créativité en pleine conscience

Il y a quelques années, dans une période difficile de ma vie, j’ai suivi un cycle de pleine conscience qui m’a fait le plus grand bien. Durant ces dix semaines, j’ai reçu toute une série d’outils qui continuent à m’accompagner au quotidien: être attentif à sa respiration, profiter du moment présent, prendre conscience des bonheurs de la vie, exprimer sa gratitude,… Tous sauf un: la méditation!

En soi, le concept est intéressant: dans une position confortable, vous prenez conscience de votre respiration et tentez de ne vous concentrer que sur ça, rien d’autre. Et à chaque fois que votre esprit s’enfuit ailleurs… hop… vous tentez de le ramener vers son point d’attention premier: vous-même et votre respiration.

Sauf que je ne sais pas faire ça. JE NE SAIS PAS. Et l’animateur de ce cycle de mindfulness avait beau nous répéter qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de méditer, le fait est que je-ne-sais-pas.

Déjà, mon esprit est incapable de se concentrer sur le rien. Il y a toujours un truc dans ma tête: la liste des courses (bon, y a plus de pain, ce sera céréales pour tout le monde demain matin), l’organisation de la maison (et meeeeerde, j’ai oublié de vider le lave-linge), le boulot (ne pas oublier de prévenir machin que le dossier est prêt), … Et quand la voix du formateur ou le gong de méditation nous invite à ramener notre esprit sur la respiration, je finis par m’énerver de ne pas réussir à rester concentrée.
En plus, mon corps ne reste jamais tranquille. Soit mes jambes sont parcourues de petits soubresauts ou je suis mal installée ou mon nez me gratte ou j’ai envie de bouger mes mains ou…ou…ou…bref, impossible de rester immobile.
Et enfin, quand je ne suis pas parasitée par mon esprit ou mon corps, je finis systématiquement par m’endormir (oui, même assise). Ce qui met fin de façon assez évidente à l’exercice.

Bref, la méditation classique, très peu pour moi.

Mais depuis, j’ai découvert qu’il était possible de retrouver les mêmes bienfaits dans les activités créatives et artistiques (ou le sport, même si je ne me sens pas concernée :-D). La danse, la couture, la peinture – l’art et la création de façon générale – nous offrent la possibilité de stopper le bruit de fond permanent de nos cerveaux et d’être, naturellement, dans le moment présent.

Dans le pinceau qu’on applique sur le papier.
Dans les muscles qu’on étire.
Dans l’aiguille qui monte et descend dans le tissu.
Dans les mots qui glissent sur la page.
Dans les mailles qui s’enchaînent.
Dans la voix qui s’accorde à la musique.

Et ce qui fonctionne pour nous, adultes, provoque également les mêmes bienfaits sur nos enfants.

Quand ils sont surexcités, énervés, qu’ils ont du mal à se concentrer, avez-vous déjà essayé de les ramener vers une activité qui leur demande de trouver un peu de calme et de concentration? Ça ne doit pas être très long ni très compliqué. Un puzzle, de la peinture, un coloriage, un collage avec des pages de magazines, une chanson, un peu de yoga, de la pâtisserie, un massage, … toutes ces petites activités qui permettent à nos marmots de se recentrer sur leurs gestes et leur corps et de leur apporter un peu de calme. Ils en ont autant besoin que nous.

4 commentaires sur « La créativité en pleine conscience »

  1. C’est tellement vrai ce que tu dis. Pour moi la cuisine, le jardinage, la couture, la lecture, le jogging ca vaut toutes les méditations. Ce que j’aime par contre avec la méditation c’est que je peux la faire partout, tout le temps et sans rien sous la main… Tu as essayé quelles formes de méditation ? J’en ai fait pas mal avec des formateurs ou des apps mais au final je reviens toujours à celle sur la respiration ou sur un mantra parce que justement j’ai du mal à me concentrer sur « rien » 😉

    J'aime

  2. Une méditation à ma sauce 🙂 J’ai lu pas mal d’articles sur la méditation transcendantale – MT (qui a en vrai un peu l’air d’être un univers hyper sectaire) qui proposent de méditer en se concentrant sur un mantra. Dans le système de la MT, tu commences par un stage (auquel pour t’inscrire il te coutera un bras) au cours duquel on te donne un mantra, une petite phrase sur laquelle te concentrer 2 fois par jour pendant 15 minutes je crois. Moi je n’en suis pas du tout là, dans les phases où je suis sérieuse je fais des méditations en me concentrant sur ma respiration 5min par jour (ce qui déjà me fait un bien fou) et du coup, j’ai tenté d’alterner en me concentrant sur un mantra que j’ai DIYé (si tu veux tout savoir c’est « j’aime la mer », je me concentre donc du mieux que je peux sur cette idée pendant 5 minutes)… Cela change de j’inspire-j’expire et j’arrive drôlement mieux à le transposer « dans la vraie vie », maintenant de temps en temps quand quelque chose m’enerve, j’arrive à me raccrocher au fait que j’aime la mer… Voilà, je t’ai tout dit 🙂

    J'aime

  3. Ça me fait penser à un exercice d’auto-hypnose qu’on m’a appris à pratiquer : on doit se concentrer sur un lieu reposant et protecteur dans lequel se réfugier lorsque le stress est trop important. Pour moi, c’est toujours un lieu d’eau, maritime 😊

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s