Nous sommes allées voir « Le Petit Spirou » et une de nous est ressortie fort déçue

La météo du dernier week-end étant cracra, on s’est décidées à bouger jusqu’au cinéma pour aller voir « Le Petit Spirou ». Il s’agit d’une comédie française, adaptation de la bande dessinée du même nom, créée par Tome et Janry au début des années 90. (oui, oui, pratiquement 20 ans… Ça ne nous rajeunit pas 😉).

Durant près d’une heure et demie, on suit les aventures du Petit Spirou qui, en apprenant qu’il intègre une école de grooms à la prochaine rentrée (tradition familiale oblige !), décide de profiter des ses derniers jours en compagnie de ses amis pour déclarer son amour à Suzette et l’emmener dans une folle aventure.

A la sortie du cinéma, nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes. Les minis ont trouvé ça génial, drôle, avec plein d’aventures (et Suzette a de plus jolis vêtements que dans la BD, précise ma pré-pré-ado de presque 8 ans 😁). La « grande-un-peu-plus-petite » a trouvé ça sympa aussi, avec de bons moments et dans l’esprit de la bande dessinée originale. 

Vous aurez donc deviné que la déçue dans l’affaire, c’est moi ! 

Il y avait pourtant de bonnes idées. L’histoire d’amitié est belle, la relation entre le Petit Spirou et son papy aussi. Et le casting est vraiment bon tant du côté des enfants, attachants et naturels, que des adultes. (Mention spéciale à Philippe Katerine, qui incarne à merveille L’abbé Langélusse.) 

Bein alors, me direz-vous, il est où le problème ? 

Le problème c’est que les clichés qui me déplaisaient déjà dans la BD m’ont paru insupportables dans une adaptation avec de vrais personnages:

– Les petites filles sont réduites à de jolies choses bavardes et futiles qui minaudent, prennent le thé et cherchent à attirer les garçons. Une exception cependant, l’intello à lunettes un peu énervante. 

– L’aventure est réservée aux garçons. Ce sont eux qui inventent, créent, bricolent, déjouent les pièges.  J’ai eu un moment d’espoir quand Suzette intervient pour les sauver d’un mauvais coup… jusqu’à ce que je voie l’outil qu’elle emploie. 

– L’adaptation n’a pas permis à Madame Chiffre de refermer un bouton de son chemisier et d’être plus que juste une paire de seins. Dommage. 

– Mais la cerise sur le gâteau c’est quand même d’entendre le Petit Spirou remercier son papy de lui avoir appris… à regarder sous les jupes des filles, ce qui remplit son grand-père de fierté ! Quand on sait que le respect de l’intégrité physique des petites filles commence dès l’école maternelle, ce genre de scène me laisse sans voix… 

Alors oui, bien sûr, certains trouveront que c’est « chercher la petite bête », que franchement, c’est « juste un film pour les gamins », qu’il ne faut pas voir le mal partout. C’est pas faux. Mes minis sont ressorties enchantées de cette séance cinéma. Mais pour moi, qui suis attentive à la manière dont les femmes, les filles, sont représentées, je suis déçue. J’aurais tellement aimé que l’équipe derrière ce projet ait montré un peu d’ambition en mettant de côté les gros clichés et en accordant une place plus adéquate aux personnages féminins. 

Ça aurait pu faire de ce « Petit Spirou » un héros moderne et engagé. Au lieu de ça, il reste le petit malotru qu’il est depuis pratiquement 20 ans. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s